Rive droite du Rhône (1) : le retour du train de voyageurs présenté au président de Vienne-Condrieu Agglomération

Posté le par dans Non classé

Par Jean-François Cullafroz, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien de Genève)

Depuis un demi-siècle, il ne circule plus que des trains de fret entre Givors-Canal
dans le département du Rhône, et Grézan dans le département du Gard (© Pierre Nouvelle).

Enjeu écologique, les mobilités font de plus en plus souvent la Une de l’actualité, avec le retour en grâce du train, dont de nombreuses lignes ont été abandonnées au fil des ans. C’est le cas de la vallée du Rhône, où la liaison voyageurs SNCF Lyon-Nîmes a été suspendue depuis 1973. Entre Lyon et Serrières, l’association des usagers des TER de la Vallée du Rhône (AuterVR), militent depuis deux ans pour le retour des trains de voyageurs sur la rive droite du Rhône, tout en œuvrant pour l’amélioration des conditions de transport des passagers entre Lyon et Valence. C’était l’objet de la réunion de travail avec le président de Vienne-Condrieu-Agglomération ce lundi 15 février 2021. Reportage et entretiens avec les participants.

A l’issue d’une rencontre d’une heure au siège de Vienne-Condrieu-Agglomération, Jean-Christophe Thiel, Hervé Cuilleron et Bruno Marchesini, responsables de l’association AuterVR ont exposé aux journalistes le fond du dossier du retour du train en rive droite du Rhône
(© Pierre Nouvelle).

Voilà un demi-siècle que plus aucun train de voyageurs ne circulent sur la rive droite du Rhône, au sud de Givors (Rhône). Sauf, lorsque des travaux sont programmés ou des incidents surviennent sur la rive gauche. Alors, là, exceptionnellement, des rames de TER descendent sur ces voies entièrement rénovées, puis traversent le fleuve pour desservir jusqu’à Saint-Rambert-d’Albon (Drôme).

Des changements nécessaires

Une situation qui devra bien changer avec la mise en travaux de plusieurs ponts et leurs fermetures successives, à commencer par la passerelle de Condrieu fermée depuis deux ans à partir de 2022. Ces mesures empêcheront les habitants de la rive droite d’aller prendre leur train sur la rive gauche en gare des Roches de Condrieu-Saint-Clair-du-Rhône.

C’est ce qui a conduit les responsables de l’association des usagers des TER de la vallée du Rhône ) prendre leur bâton de pèlerin et a rencontré les uns après les autres les élu.e.s des deux rives. Après les maires de Loire et Sainte-Colombe-les-Vienne, puis les président-vice-président de la Communauté de communes du Pilat rhodanien, c’est Thierry Kovacs, le président de Vienne-Condrieu Agglomération qui les a reçus.

Cet échange de vues a duré une heure, au terme de laquelle Bruno Marchesini, président d’AuterVR a livré ses impressions.

La campagne de sensibilisation des élu.e.s s’appuie sur un dossier technique très élaboré avec des comptages de trafic automobile en croissance constante et qu’il est nécessaire d’enrayer, estiment les responsables de l’association.

Cette étude leur a permis de participer à plusieurs réunions de la Commission nationale du débat public portant sur le Nœud ferroviaire lyonnais. Leurs propositions ont été appréciées, et la SNCF-Réseau a entrepris des études de faisabilité, dont elle n’a pas communiqué les résultats.

De gauche à droite, Hervé Cuilleron (AuterVR), Thierry Kovacs, président de Vienne-Condrieu Agglo, Bruno Marchesini et Jean-Christophe Thiel (AuterVR) à la sortie de leur séance de travail (© Pierre Nouvelle).

Maire de Vienne, et président de Vienne-Condieu Agglomération, Thierry Kovacs entend participer à la création d’un RER lyonnais, que la Métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes et sa propre collectivité participeraient, en coopération avec la SNCF.

Pour lui, c’est d’abord le trafic sur la rive gauche qui est prioritaire. Mais président d’une collectivité qui rayonne aussi sur la rive droite du Rhône, il assure qu’il tiendra compte de l’avis des maires de ce territoire.

Reste que le trafic Valence-Lyon ne pourra s’accroitre très fortement, par manque de « sillons », d’autant que les trains de fret sont nombreux, et que la gare de Lyon-Part Dieu est saturée.

Aussi, pour les responsables d’AuterVR, si améliorer les conditions de transport sur la rive gauche est un impératif, cela ne doit pas empêcher une remise en route des trains de voyageurs sur la rive droite.

C’est dans cet esprit qu’ils organisent dimanche 21 mars 2021 le printemps du train à Condrieu. Un temps fort pour permettre à la population d’exprimer leurs attentes et aux élu.s de tous niveaux de responsabilité de dire comment ils pourront agir pour y répondre.

(à suivre)

Notre prochain article :
Rive droite du Rhône (2) : Un printemps très ferroviaire à Condrieu le 21 mars 2021

3 commentaires

  1. Ping : Givors-Serrières : le maire de Givors approuve le retour des trains de voyageurs | L'écume d'un jour

  2. Bedel 24 février 2021 à 19 h 52 min

    Quelles considerations des nuisances sonores pour les habitants de la rive droite ?

  3. Ping : Retour du train sur la rive droite du Rhône : à Saint-Romain-en-Gal, le maire approuve des deux mains ! | L'écume d'un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *