Gilets jaunes Vienne (Isère) : acteurs dans la rue et sur l’écran

Citation

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

De la sortie sud de Vienne au camp de Malisso, les Gilets jaunes ont occupé les ronds points pendant plus de six mois © Pierre Nouvelle ).

De la sortie sud de Vienne au camp de Malisso, les Gilets jaunes ont occupé les ronds points pendant plus de six mois ( © Pierre Nouvelle ).

Le mouvement des Gilets jaunes à Vienne a débuté le 17 novembre 2018. Il se poursuit toujours nationalement au fil des samedis, comme le 12 octobre à Toulouse. A Vienne (Isère), le camp de Malissol a été levé courant mai 2019 et a laissé place à des réunions hebdomadaires à la Maison des associations. Nous avons suivi cette aventure au fil des semaines sur ce blog. Jean-Paul Julliand, réalisateur cinéma et documentariste, est aussi venu à la rencontre de ces militant.e.s au fil d’une demie-année. Graines de ronds-points est le film qu’il sortira pour le premier anniversaire de ce mouvement social atypique et révélateur. En avant-avant première, les acteurs viennois du mouvement des Gilets jaunes visionneront ce film lundi 14 octobre au cinéma Amphi à Vienne. Rencontre avec notre confrère.

A Vienne, au bord de la nationale 7, les Gilets jaunes ont occupé le rond-point du sud de la ville du 17 novembre à Noël 2018 ( © Pierre Nouvelle ).

A Vienne, au bord de la nationale 7, les Gilets jaunes ont occupé le rond-point du sud de la ville du 17 novembre à Noël 2018 ( © Pierre Nouvelle ).

J’ai rencontré ces militant.e.s…

Dès la mi-novembre 2018, elles et ils occupaient alors le rond-point le plus au sud de la cité gallo-romaine, au bord de la 4 voies qui longe le Rhône. Je suis allé à leur rencontre, alerté un responsable syndical de la CFDT. Au-delà des qualificatifs dont nos collègues des médias les affublaient, j’ai appris à mieux les connaitre et à découvrir leur nouvelle forme de mouvement social. Quelques abris de bois avaient été élevés, un feu étaient entretenus à force de palettes sciées sur place, et sur le rond-point trônaient plusieurs banderoles appelant à rejoindre le mouvement et revendiquaient le Référendum d’initiative citoyenne (Ric).

Les véhicules, voitures particulières et camions, klaxonnaient joyeusement et acceptaient les tracts qui étaient distribués. Le curieux qui leur rendaient visite était accueilli à bras ouverts comme ce sera toujours le cas au fil des six mois, ici au carrefour de l’Isle puis à compter de janvier au rond-point de Malissol, sur les hauts de Vienne.

Jean-Paul Julliand : Un réalisateur de talent, pédagogue et toujours engagé

Jean-Paul Julliand est lui aussi venu à la rencontre des Gilets jaunes viennois. Cet ex-enseignant, réalisateur de plusieurs films et documentaires, a posé sa caméra sur les ronds points, lors des assemblées citoyennes. Et ainsi, le film Graines de ronds-points. Fruit d’une observation et d’un suivi curieux, amical et sympathisant de la cause qui a recueilli la confiance de ces acteurs-trices sociaux entrés nouvellement en action.

Notre confrère a accepté de présenter sa démarche devant le cinéma Amphi de Vienne où il sera projeté en avant-première.

Un parcours d’éducation populaire

Au fil des jours et de l’occupation des ronds-points, le mouvement des Gilets jaunes a évolué. Les débats ont été nombreux et souvent la solitude qui étaient le lot des personnes a été rompu. Une amitié, une fraternité et une solidarité se sont indéniablement manifestées.

Si les professions indépendantes et artisans ont pu être présents dans les rangs des Gilets jaunes, nous avons rencontré à Vienne, beaucoup de personnes en situation de pauvreté, un nombre importants de femmes, et même des salariés, dont certains avaient appartenu à des organisations syndicales.

Parallèlement à l'occupation du rond-point, l'assemblée citoyenne hebdomadaire a peris de s'informer, de débattre, de se former et de voter sur le cahier des revendications ( © Pierre Nouvelle ).

Parallèlement à l’occupation du rond-point, l’assemblée citoyenne hebdomadaire a permis de s’informer, de débattre, de se former et de voter sur le cahier des revendications ( © Pierre Nouvelle ).

Parallèlement, les séances de formation citoyenne (organisation institutionnelle et juridique, fonctionnement de l’État, Europe…) ont été mise en place, contribuant à la cohésion du groupe et à son élargissement, tandis que les revendications s’affinaient.

Au terme de six moi de lutte intenses et d’un mouvement qui se poursuit, après le lancement d’un grand débat, conséquence directe de cette action, quel peut être le débouché. C’est la question à laquelle Jean-Paul Julliand tente de répondre.

Un cycle de projections à enrichir

Après Vienne qui aura la primeur, le cycle des projections va prendre son parcours de croisière, avec dès le 6 novembre au Ciné Pilat à Pélussin (Loire). Ensuite, c’est au cinéma lyonnais Comoedia le 10 novembre, puis à Paris au cinéma Saint-André des arts.

L'histoire des gilets jaunes de Vienne (Isère) est déjà programmée dans 50 salles en Région et à Paris ( © Pierre Nouvelle ).

L’histoire des gilets jaunes de Vienne (Isère) est déjà programmée dans 50 salles en Région et à Paris ( © Pierre Nouvelle ).

La liste des projections n demande qu’à s’étendre. pour cela, joindre Jean-Paul Julliand  : 06 67 41 03 71 et electronlibrecompagnie@orange.fr

La Halle : la bête immonde n’est pas morte

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

La communauté juive mondiale terminait le cycle des principales fêtes de l’année qui conduit du Nouvel an (Rosh Hashana) à Yom Kippour (Le Grand pardon). A Halle, au nord de l’Allemagne, mercredi 9 octobre un militant néonazi tuait deux personnes aux portes d’une synagogue et d’un restaurant turque. Une attaque antisémite qui montre que les idées racistes et xénophobes font encore florès plus de quatre-vingt ans après les menées hitlériennes. Michel Odesser est un ami annecien, juif …

Lire la suite

Ampuis (Rhône) : Quand la Poste s’en va, la population réagit

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Le bureau de poste d’Ampuis (Rhône) va fermer. quotidien régional Le Progrès l’annonçait dans ses colonnes lundi 7 octobre 2019, et la nouvelle a été précisée ce mercredi 9 dans les mêmes pages du Sud-Ouest Lyonnais. Une décision de la Poste entérinée par la mairie qui a fait réagir un certain nombre d’habitants. Un comité de défense a été mis en place, une pétition circule et une réunion publique d’information aura lieu mercredi 16 à 20 heures au …

Lire la suite

Festival Lumière à Lyon (1) : Coppola en vedette du 12 au 20 octobre 2019

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Le 11e festival Lumière ouvre ses portes samedi 12 octobre en après-midi dans la Halle Tony Garnier. Depuis trente ans, avec la complicité bienveillante de Bernard Chardère, puis du cinéaste Bertrand Tavernier, Thierry Frémaux déploie une activité inlassable au sein de l’Institut Lumière. Une action qui l’a conduit à lancer il y dix ans le Festival Lumière. Avec plus de 180 000 spectateurs, ce rendez-vous du 7e art, qui siège au bord du Rhône, …

Lire la suite

Coquelicots : Le mouvement se porte bien en terre dauphinoise

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Depuis un an, le mouvement Nous voulons des coquelicots a pris racine à Vienne (isère) chaque premier vendredi du mois. Les coquelicots ont décidé d’aller pousser du côté du plateau du val d’Ozon et se sont arrêtés à Chuzelles, à huit kilomètres de la cité gallo-romaine. Un premier rassemblement a eu lieu vendredi 4 octobre 2019 en après-midi, devant la mairie. En soirée, comme à l’habitude, c’est devant la mairie de Vienne qu’en chansons, les amoureux des …

Lire la suite

Retraités (1) : avec la CFDT, ils ont ouvert le bal des protestations le 3 octobre

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Ce jeudi 3 octobre, comme dans une bonne centaine de villes françaises, de métropole comme des outremers, la CFDT a rassemblé des retraité.e.s mécontent.e.s dans la principale artère commerçante de Lyon. Pas une grande manif, mais une action d’information de la population sur la situation concrète des personnes âgées, qui loin des idées toutes faites, ne sont pas des nantis. Cette journée a été aussi l’occasion de délégation auprès du préfet de Région pour rappeler au représentant de …

Lire la suite

Coquelicots : Chuzelles (Isère) entre en lice

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Le mouvement Nous voulons des coquelicots fête son premier anniversaire. En terre dauphinoise, il donne rendez-vous ce premier vendredi du mois à Chuzelles (Isère), à huit kilomètres de Vienne. Dans la cité gallo-romaine, pour la 12e fois en un an, les amoureux de la nature et opposants aux pesticides se retrouveront devant le temple d’Auguste et Livie.

Florence Raouane est de toutes les initiatives locales pour la préservation de la planète. Elle a …

Lire la suite

A lire : Bolewa Sabourin et La Rage de vivre

Posté le par dans Coup de coeur

Point de vue de Pierre Héritier, militant syndical CFDT, créateur du laboratoire Lasaire et du Forum syndical européen

Bolewa Sabourin est aujourd’hui un danseur reconnu. Avant cela, il a tout connu : la rue, une enfance privée de la chaleur et de la sécurité des parents, le paradis à Bréhat chez une des copines de son père, la vie de SDF, les rebuffades scolaires, les bagarres, la drogue. Grâce à sa fille Christine, Pierre Héritier a connu Bolewa et sa famille. Il tenait à mettre en exergue son livre et à témoigner. …

Lire la suite

Erwann Binet : Du mariage pour tous à la PMA, un chrétien engagé

Humeur du moment

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Le débat sur le projet de loi sur la PMA, qui n’est qu’un des aspects de la révision des lois de bioéthique,  s’est ouvert la semaine passée à l’Assemblée nationale française. Alors que se profile dimanche 6 octobre 2019, une manifestation nationale d’opposants à cette loi, des chrétiens affirment leur accord avec la révision des lois de bioéthique et l’autorisation de la PMA. C’est le cas d’Erwann Binet, conseiller départemental de l’Isère, qui a été le rapporteur de la loi sur le mariage pour tous.

Six ans après l'adoption de la loi sur la mariage pour tous, le projet de loi sur l'autorisation de la PMA ouverte aux couples de femmes est mieux acceptée par l'opinion publique ( © DR/www.gouvernement.fr ).

Six ans après l’adoption de la loi sur la mariage pour tous, le projet de loi sur l’autorisation de la PMA ouverte aux couples de femmes est mieux acceptée par l’opinion publique ( © DR/www.gouvernement.fr ).

 » Avec la loi du 17 mai 2013 sur le mariage pour tous, la France est devenue le 9e pays européen et le 14e pays au monde à autoriser le mariage homosexuel. Cette loi a ouvert de nouveaux droits pour le mariage, l’adoption et la succession, au nom des principes d’égalité et de partage des libertés « , explique le site gouvernemental qui détaille les articles de ce texte législatif.

( © DR ).

( © DR ).

Six ans plus tard, et après une large consultation, la loi sur la bioéthique et la PMA, présentée en conseil des ministres le 24 juillet 2019 a discuté à l’Assemblée nationale en séance publique depuis une semaine.

Selon un récent sondage de l’Ifop, 60 % de la population française n’est pas hostile à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. Si l’Église catholique (et son aile la plus droitière de la Manif pour tous et des associations familiales catholiques) ont affirmé leur opposition, d’autres confessions chrétiennes et la communauté juive n’ont pas manifesté de réticences à cette disposition voulue par le président Macron.

L'ouverture de la PMA aux couples de femmes s'inscrit dans le cadre d'une réflexion sur les lois de bioéthique ( © DR/www.gouvernement.fr ).

L’ouverture de la PMA aux couples de femmes s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur les lois de bioéthique ( © DR/www.gouvernement.fr ).

Cathos…  de gauche et pour le progrès sociétal

Des catholiques de gauche, que l’on n’entend pas souvent sont aussi sur cette ligne. C’est le cas de l’ex-député socialiste Erwann Binet, toujours conseiller départemental de l’Isère. Ce militant arrivé à Vienne il y a vingt ans, est un catholique pratiquant, père de famille de quatre enfants, et ancien responsable des Scouts de France.

Il a été rapporteur de la loi sur le mariage pour tous, et alors qu’il est en campagne pour les élections municipales de mars 2020, il n’hésite pas à affirmer son accord avec le projet de loi sur la PMA actuellement en discussion. Il témoigne.

Église catholique : des voix plurielles

A noter que tous les prélats de l’Église catholique en France ne sont pas sur la même ligne. Si d’aucuns ont invité à descendre dans la rue parisienne dimanche 6 octobre, le cardinal-archevêque de Paris, Michel Aupetit a assuré au micro de France Info (propos rapportés par le quotidien La Croix) ce mardi 2 octobre qu’il n’ira pas manifester.

« Depuis longtemps, déjà j’ai un programme pour le dimanche 6 octobre. Je n’ai pas  besoin de manifester puisque j’ai la parole. C’est quand on ne peut pas s’exprimer, qu’on n’est pas entendu qu’on se manifeste d’une manière ou d’une autre ».

Et il ajoutait à l’intention des fidèles : « Nous avons tous une conscience, et si ma conscience me dicte qu’il y a quelque chose de grave, derrière une loi alors je dois réagir . Ne pas le faire serait de la lâcheté. »

Marche pour le climat : à Vienne (Isère) comme dans le reste de la planète !

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien de Genève)

Partout dans le monde, et pour la troisième fois, collégien.ne.s, lycéen.ne.s et étudiant.e.s défileront ce vendredi 20 septembre 2019 pour la sauvegarde de la planète. Ils  seront rejoints demain par les adultes pour les mêmes motifs. A Vienne (Isère), ce sera la cinquième initiative, qui s’inscrit dans la foulée du mouvement Nous voulons des coquelicots. Rencontre avec Aziza Chabane, une des animatrices locales du collectif Ensemble pour le climat.

Pour appeler les acteurs étatiques et …

Lire la suite
Page 1 sur 4312345102030Dernière page »