Carmina Burana à Autun : sur les rails en vue du 20 mai

Citation

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Le 20 mai 2017, le parc des expositions L'Eduen à Autun (Saône-et-Loire) accueillera la cantate Carmina Burana. Plus de 300 interprètes sont attendues ainsi qu'un millier de spectateurs (© Pierre Nouvelle).

Le 20 mai 2017, le parc des expositions L’Eduen à Autun (Saône-et-Loire) accueillera la cantate Carmina Burana. Plus de 300 interprètes sont attendues ainsi qu’un millier de spectateurs (© Pierre Nouvelle).

La cantate Carmina Burana sera donnée samedi 20 mai à Autun au Parc des expositions de l’Eduen. Un millier de spectateurs est attendu pour un concert qui associera musique, chant et danse moderne et classique. On doit ce spectacle à Vincent Thomas, le nouveau directeur du Conservatoire de la Communauté de communes du Grand Autunois-Morvan.

Près de 200 choristes enfants et adultes venus de Sâone-et-Loire, de la Nièvre et de Lton se retrouveront autour de Carmina Burana (© Pierre Nouvelle).

Près de 200 choristes enfants et adultes venus de Sâone-et-Loire, de la Nièvre et de Lyon se retrouveront autour de Carmina Burana (© Pierre Nouvelle).

Le tremplin du Centre Marcle Corneloup-Maison du Beuvray

Pour monter cette œuvre du compositeur allemand Carl Orff, les Chœurs du Morvan se sont mis au travail en janvier 2017 à raison d’un week-end par mois. De leur côté, le chœur et l’orchestre des Hospices civils de Lyon sont sur le pont depuis septembre 2016, lors de leurs répétitions hebdomadaires, sous la houlette de Vincent Thomas, leur chef.

Samedi et dimanche 22 et 23 avril, tous les choristes se sont retrouvés pour une ultime répétition entre la Maison du Beuvray-Centre culturel Marcel Corneloup à St Léger-sous-Beuvray et salle de l’Hexagone à Autun.

Le pianiste virtuose Charles Slusznis accompagne les Choeurs du Morvan depuis cinq ans. Il livre son sentiment sur cette œuvre et son interprétation pour le moins atypiques.

 

Qui n’a pas entendu O Fortuna, l’ouverture de la cantate Carmina Burana, sans connaître le reste de l’œuvre et son auteur : Carl Orff. Pourtant, près de vingt-cinq parties se succèdent pour donner la tonalité d’une œuvre qui évoque la roue des saisons, le cours de la vie avec un attrait particulier pour la nature et la jouissance que procure les sens.

l'exaltation de la ature et la jouissance des sens au coeur de cette ouevre profane de carl Orff (© Pierre Nouvelle).

L’exaltation de la nature et la jouissance des corps au cœur de cette œuvre profane de Carl Orff (© Pierre Nouvelle).

Ainsi, Blanziflor et Helena, avant-dernier passage de la cantate, est le prélude à une reprise de O Fortuna, le morceau qui encadre l’interprétation. Extrait de la dernière répétition autunoise où se sont mêlées les voix des choristes bourguignons, nivernais et lyonnais.

Des choristes enthousiastes prêts à tout donner

Sous la direction de Vincent Thomas, chef de choeur et chef d'orchestyre, et accompagnés pat le pianiste virtuose Charles Slusznis, les 22 et 23 avril, ils ot mis la dernière main à l'interprétation de Carmina Burana (© Pierre Nouvelle).

Sous la direction de Vincent Thomas, chef de chœur et chef d’orchestre, et accompagnés pat le pianiste virtuose Charles Slusznis, les 22 et 23 avril, ils ont mis la dernière main à l’interprétation de Carmina Burana (© Pierre Nouvelle).

Françoise Caillou participe depuis sept ans aux Chœurs du Morvan. Elle situe le concert proposé en 2017 par ceux des années précédentes qui étaient de nature plus classique. le grand public connait le premier morceau O Fortuna, mais il aura beaucoup à découvrir avec une description de la vie et de l’âme humaines.

Manifestement, cette œuvre a tout pour séduire près de 200 choristes qui en seront les interprètes, accompagnés par un orchestre symphonique de près de cent participants, musiciens de l’Orchestre des Hospices civils de Lyon et du Conservatoire d’Autun.

Entretien réalisé en plein vent avec une ténorette émérite !

Un spectacle aux multiples facettes

Bien sûr, Carmina Burana est un parcours dans le déroulement d’une année, avec sa période hivernale, son printemps qui pointe le bout nez avec les perce-neige, les primevères qui témoignent du changement de saison, puis l’éclosion des boutons de rose, comme autant d’attraits, avant que la roue de la fortune ne referme le cycle.

Pour évoquer ce perpétuel recommencement naturel, mais aussi ce cheminement amoureux des premières approches au débordement des sens, la musique occupera la première place, jaillie des instruments comme des voix. Et les corps, mis en mouvement par une école de danse classique et un groupe hip-hop, viendront appuyer ce ballet des notes et des ondulations corporelles.

« Le temps est joyeux, ô vierges, réjouissez-vous avec de jeunes hommes »,  chante la soliste, et le chœur répond par l’expression d’un désir ardent : « Je fleuris entièrement de mon tout premier amour…Un nouvel amour dont je meure ». Tempus est iocoundum est une des parties vibrantes de la Cour d’amour.

Carmina Burana sera donnée à deux reprises. A Autun,  au Parc des expositions  l’Eduen samedi 20 mai à 20h30. Entrée : 10 €. Puis, une seconde représentation aura lieu en région lyonnaise à Caluire (Rhône) en l’église Ste Bernadette, samedi 17 juin à 20h30. Entrée : 15 €.

Autun aura la primeur du concert Carmina Burana. Un évènement dans la pysage bourguignon où cette sera jouée pour la deuxième fois en dix ans (© Pierre Nouvelle).

Autun aura la primeur du concert Carmina Burana. Un évènement dans la paysage bourguignon où cette sera jouée pour la deuxième fois en dix ans (© Pierre Nouvelle).

 

La Salévienne : au cœur de la culture et de l’histoire

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

 est une société historique très dynamique. depuis quelques années, son vice-président Claude Barbier est président de l’ensemble des sociétés historiques des départements de Savoie et haute-Savoie. Autour du mont Salève, les animations proposées par ce groupe de passionnés par l’histoire locale et la langue parlée dans les Savoie ne manque pas. Présentation d’un après-midi autour u parler franco-provençal samedi 25 février 2017 au cœur de la Vallée verte.

Qui n’a jamais fait le détour par la Vallée verte se doit de combler cette lacune. Quand on quitte …

Lire la suite

Euronews à Lyon : l’attente inquiète avant la réponse de l’Etat

Posté le par dans Non classé

Article en construction e attendant le verdict de la direction départementale du travail du Rhône

Lire la suite

Migrations : de la vie à la scène

Posté le par dans Brèves de comptoir

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Le hasard fait bien les choses ! Alors que la journée internationale des migrants prenait fin par une marche en direction de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris, à 380 kilomètres de là, à Condrieu dans le département du Rhône, on produisait L’Effet papillon. Dimanche 18 décembre 2016, la salle municipale Les Eclats accueillait la quatrième veillée des Bravos de la nuit sur le thème des migrations. Plongée dans la représentation et rencontre avec les partenaires de cette production culturelle.

La commune de …

Lire la suite

Choeurs du Morvan : après Gounod, Carmina Burana

Posté le par dans Non classé
Lire la suite

Pélussin : le 2e festival oecuménique de cinéma L’Etoile du Pilat monte en puissance

Posté le par dans Autant en emporte le vin

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste honoraire carte de presse 49272

Samedi 22 octobre 2016 à Pélussin (Loire) se déroulait le 2e festival œcuménique de cinéma, placé sous le signe du dialogue tripartite entre le cinéma, l’écologie et la spiritualité. Pour honorer le thème de cette rencontre culturelle accueillie par le CinéPilat, trois temps ont permis au public d’apprécier des films et d’échanger sur eux. Ce festival a recueilli au total la présence de plus de 200 participants. Une audience croissante. Un succès tient sans aucun doute tout à la fois à l’implication de Julie Coquard, la nouvelle directrice …

Lire la suite

Sytral et Cars du Rhône : ça bouge en Beaujolais

Posté le par dans Non classé

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste honoraire, carte de presse 49272

Alors que le comité syndical du Sytral se réunit ce vendredi 7 octobre pour valider la concession des lignes des Transports en commun lyonnais à Kéolis, la contestation n’a pas baissé les bras, au Sud du département du Rhône, come au nord dans le Beaujolais. Rencontre avec Sandrine Chassigneux, élue locale, professeur d’université à Lyon 3 et porte-parole des usagers de la ligne 118 des Cars du Rhône.

Dans tout le département du Rhône, la population est affectée par les suppressions d’un tiers des services routiers interurbains décidées par le …

Lire la suite

Cars du Rhône ligne 231 : la dernière séance

Posté le par dans Non classé

Par François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272aimaient bien

Vendredi 26 août, à 19h15 le dernier voyage de la ligne 231 (Condrieu-Vienne) est parti de la station multimodale de Vienne. Le Collectif des usagers qui s’est mobilisé depuis neuf mois pour sauver les lignes 231 et 134 (Condrieu-Givors) était présent pour cette ultime pérégrination… Ils étaient six pour le dernier voyage, et comme Rostropovitch au pied du mur de Berlin, Cécile Bez, une usagère des Cars du Rhône, et par ailleurs conseillère municipale de Condrieu avait apporté son violoncelle pour une belle marche funébre.

Pour ce voyage, six …

Lire la suite

Ambronay : une abbaye et un festival

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Créée au 9e siècle par saint Barnard, officier de Charlemagne, l’abbaye bénédictine Notre-Dame d’Ambronay s’est placée sous la règle de St Benoit jusqu’au 17e siècle, où les moines de St Maur sont venus réformer matériellement et spirituellement. Découverte de cet ensemble religieux qui rayonna jusqu’à la région lyonnaise.

A sept kilomètres d’Ambérieu, au pied du massif du Bugey, et des contreforts du Jura, et à une heure de la capitale lyonnaise, Ambronay est une cité de référence. Non par le nombre d’habitants (à …

Lire la suite

Lyon : ils ont marché pour la paix

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire carte de presse 49272

Samedi 21 mai 2016, la section lyonnaise du Mouvement international Pax Christi, et la Fédération protestante de France organisaient une marche oecuménique pour la paix dans les rues de Lyon. Partie du Centre national d’histoire de la Résistance et de la Déportation, elle s’est rendue à l’Espace des droits de l’homme au Parc de la Tête d’or, avec des haltes devant le buste de Martin-Luher King, devant la Bourse du travail, puis le temple protestant de la rue Lanterne où le pasteur résistant Roland de Pury

Lire la suite
Page 1 sur 512345