Vallée du Rhône : retour des trains voyageurs (1) : au Sud comme au Nord, les maires tirent le signal d’alarme

Posté le par dans Coup de coeur
Rouvrir la rive droite du Rhône au trafic des trains-voyageurs est un impératif dans le contexte des difficultés de déplacement dans le département de l’Ardèche (© Pierre Nouvelle).

Par Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Avec le collectif Cutpsa, au Teil, pendant deux heures, plus de soixante personnes se sont informées et ont dialogué avec le même objectif : voir le train revenir pour le plus grand bien des voyageurs (© Pierre Nouvelle).

Mercredi 20 octobre 2021, la salle des fêtes Paul Avon au Teil (Ardèche) accueillait une réunion publique du collectif Cutpsa (membre de la Fnaut). Des habitants étaient venus de toute la vallée, de Privas à Nîmes. Objectif : faire le point avec les élu.e.s, syndicalistes et la population sur le retour des trains voyageurs sur la partie sud de la Vallée du Rhône. Plongée dans cette soirée très instructive et entretiens avec des élu.e.s du territoire ardéchois.

Avec Franck Pallier, Yves Boutry, Agnès Guigon, Danièle Izopet et Brigitte Vitry, le collectif Cutpsa a su mobiliser une fois de plus la population du Sud-Ardèche (© Pierre Nouvelle).

Après de longues années d’action et des mobilisations successives, Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes , a annoncé que les trains voyageurs circuleraient à l’horizon 2025 dans le département de l’Ardèche. La mise en place d’une liaison ferroviaire Romans-Le Pouzin en fournirait l’occasion. Et ainsi la commune du Teil pourrait être desservie

Une annonce que le leader de la majorité régionale avait fait lors d’un déplacement à Cruas (Ardèche) en janvier 2020.

Depuis le début de l’année 2020, les Ardéchois se sont remis à envisager le retour des trains-voyageurs qui ont déserté leur département depuis cinquante ans (© Pierre Nouvelle).

Un an plus tard, en février 2021, avant l’ouverture de la campagne électorale régionale, en prélude à une assemblée plénière de la Région Aura, Laurent Wauquiez soulignait la priorité au transport ferroviaire des voyageurs.

Il annonçait des investissements dans le cadre du plan de relance gouvernemental et d’autres qui trouveraient place dans le futur contrat de plan État-Région 2021-2026.

De son côté, la Région Occitanie et sa nouvelle équipe animée notamment par Carole Delga, présidente, et son vice-président Jean-Luc Gibelin ont su mettre la pression sur la SNCF pour obtenir la réouverture du trafic voyageurs entre Nîmes et le Teil, par la remise en service de la portion Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) et Pont-Saint-Esprit ( Gard).

Inertie régionale auralpine et évaluations SNCF disproportionnées

Dans ce cadre, les élus ardéchois sont aujourd’hui fortement inquiets. Car si les trains sont prévus de faire le trajet Nîmes-Le Teil dès l’automne 2022, ils risquent bien de redescendre à vide si la Région Auvergne-Rhône-Alpes ne bouge pas. Une inertie sur laquelle se greffe des évaluations manifestement disproportionnées de la part de la SNCF quant aux travaux à effectuer sur les gares.

Des élu.e.s solidaires pour le bien des habitants et l’intérêt général

Une colère que, Olivier Pévérelli, maire du Teil et conseiller du Conseil départemental de l’Ardèche, a tenu à développer lors de la réunion publique du mercredi 20 octobre 2021

De son côté, Philippe Bouniard, adjoint au maire d’Alba (Ardèche) et vice-président de la Communauté de communes Ardèche-Rhône-Coiron est revenu à la charge pour étayer les difficultés qu’il faudra lever pour que la gare du Teil entre en activité dans moins d’un an.

Le point de vue des élus du Teil et d’Alba sont partagés par la maire de Viviers (Ardèche). Martine Mattéi explique en quoi les habitants de sa commune sont demandeurs de trains, notamment en direction de Nîmes, qu’il s’agisse des étudiants, das salariés ou de personnes de tous âges qui souhaitent se rendre Centre hospitalier Carémeau.

Elle assure aussi que la réouverture de la gare du Teil sera un premier pas qui bénéficiera à sa collectivité.

Point de vue analogue développé par l’équipe municipale de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche), commune limitrophe du département du Gard.

Jean-Pierre Maubert, adjoint, détaille la nécessité de joindre par le rail les départements de l’Ardèche et du Gard.

Les maires, adjoints et conseillers départementaux ne sont pas seuls à souligner l’impératif d’une liaison aller-retour entre les deux départements, avec Le Teil comme plaque tournante, utile à toute la partie ardéchoise du sud de la Vallée du Rhône.

Des associations, syndicalistes, cheminots revendiquent aussi dans le sens, soucieux de voir les élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes les soutenir dans les assemblées de la Confluence lyonnaise.

Dès le jeudi 28 octobre 2021, la mobilisation sera à l’ordre du jour avec une distribution d’un argumentaire en quatre pages de l’association Cupsa, aux participants du congrès de l’association des maires de l’Ardèche.

(à suivre)

Notre prochain article :

Vallée du Rhône : retour des trains voyageurs (2) : au Sud comme au Nord, voyageurs, conseillers régionaux et syndicalistes cheminots trépignent sur les quais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *