Vienne (Isère) : les coquelicots ont fleuri aussi ici !

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jeann-François Cullafroz, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Pour ce premier rassemblement viennois, les porteurs de coquelicots étaient une cinquantaine. Un bon début pour une action de sensibilisétion qui entend s'inscrire dans la durée (© Pierre Nouvelle).

Pour ce premier rassemblement viennois, les porteurs de coquelicots étaient une cinquantaine. Un bon début pour une action de sensibilisation qui entend s’inscrire dans la durée (© Pierre Nouvelle).

Depuis octobre 2018, le premier vendredi de chaque mois, les habitants de toutes les villes de France sont invités à se rassembler devant leur mairie sur le thème « Nous voulons des coquelicots ». A Vienne (Isère) comme dans une centaine d’autres lieux, une cinquantaine d’habitant.e.s de ce bassin de près de 100 000 habitants se sont retrouvés devant le temple romain d’Auguste et Livie, tout à côté de l’Hôtel de ville. Reportage et entretiens avec des organisateurs.trices du collectif Demain ad’Vienne.

Lutter contre les pesticides pour préserver la biodiversité, tel est l'objet de l'appel des Coquelicots (© Pierre Nouvelle).

Lutter contre les pesticides pour préserver la biodiversité, tel est l’objet de l’appel des Coquelicots (© Pierre Nouvelle).

Ils avaient un coquelicot à la boutonnière. Au cœur de Vienne, hier, en ce vendredi 2 novembre vers 18h30, au nom du collectif Demain Ad’Vienne, initiateur du rassemblement Nicole Pérenon lisait l’appel qui était proclamé dans une centaine de villes françaises, les plus proches étant Givors (Rhône) et Bourgoin-Jallieu (Isère).

Un mouvement repris par la base...

La mobilisation dans la cité gallo-romaine ne tombait pas du ciel. En effet, début septembre, l’invitation à marcher pour le climat avait réuni une trentaine de personnes.

Pour répondre à l’appel du journaliste Fabrice Nicolino et de François Veillerette, ils sont montés à près de cinquante un mois plus tard. Le sensibilisation fait son chemin, toute comme la pétition lancée à la rentrée de septembre pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.

"Les agriculteurs sont les premiers concernés par le poison que représente les pesticide". il est grand temps de réagir" souligne cette participante aux rassemblement viennois pour les coquelicots (© Pierre Nouvelle).

« Les agriculteurs sont les premiers concernés par le poison que représente les pesticide ». il est grand temps de réagir », souligne cette participante au rassemblement viennois pour les coquelicots (© Pierre Nouvelle).

« Je suis venue ici grâce aux articles de Fabrice Nicolino et du mouvement qu’il a lancé avec François Veillerette contre les pesticides », explique Monique Fay, une ex-enseignante. « On a du poison autour de nous, alors cette mobilisation citoyenne est fondamentale, surtout quand on sait ce qui se passe avec les bébés malformés dans l’Ain. On va dans le mu avec tout çà », insiste-t-elle.

… et qui souhaite s’inscrire dans la durée

près avoir lu l’appel de Fabrice Nicolino et de François Veillerette, Une militante locale parmi d’autres, expliquait pourquoi en ce jour dit des morts, qu’un élan vital est bel et bien une réalité.

Parmi celles et ceux qui souhaitent sauvegarder la planète des conséquences des actions humaines, des habitant.e.s de Vienne-Condrieu agglomération étaient bien présent.e.s en cette fin de première semaine de novembre.

 

Philippe Ramade est un des animateurs du collectif Demain ad’Vienne. Dans ce cadre, on le retrouve particulièrement impliqué sur les dossiers de mobilité au sein du regroupement associatif Movi&co.

Il précise comment toutes les questions de vie quotidiennes (déplacements, santé, alimentation, emploi, économie, culture, éducation…) sont marquées par les décisions locales et globales en matière de transports, agriculture, développement urbain, choix énergétiques.

Pour lui, l’avenir de la planète, la préservation de la biodiversité, la qualité de l’air et l’amoindrissement de la couche d’ozone ne sont pas des sujets qui nous dépassent, mais résultent bien de choix de société mais aussi de façons de vivre de chacune et chacun.

Dans le bassin viennois comme dans d’autres coins de l’Hexagone et des Outremers, la mobilisation des populations va se poursuivre/

A Vienne (Isère), le prochain rassemblement des coquelicots est prévu le vendredi 7 décembre. Une marche pour le climat est aussi envisagée le 8 décembre. Il n’est pas exclu que les deux initiatives se conjuguent pour mieux informer et convaincre.

A suivre sur les sites et page facebook :

Rassemblement des coquelicots : http://www.demainadvienne.ouvaton.org/le-collectif/

Marche pour le climat : https://www.facebook.com/events/340482030052960/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *