Primevère 2020 (4) : Littérature et homéopathie: entre pamphlet et pétition

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Depuis le début du salon primevère, les questions autour de la santé sont posés. Comme les vaccins, l'actualité a mis cette année l'homéopathie sous les feux des projecteurs ( © Pierre Nouvelle ).

Depuis le début du salon primevère, les questions autour de la santé sont posés. Comme les vaccins, l’actualité a mis cette année l’homéopathie sous les feux des projecteurs ( © Pierre Nouvelle ).

Avec l’épidémie de coronavirus, la question des vaccins est revenue à la Une. Et la question de l’homéopathie aussi, quatre jours avant l’annonce de 600 licenciements dans les laboratoires Boiron, en raison de la condamnation de l’homéopathie par l’Académie de médecine et l’Académie nationale de pharmacie. La 34e édition du salon Primevère accueillit en clôture dimanche 8 mars 2020 le docteur William Suerinck qui est venu commenter son film et engager le public présent à défendre l’homéopathie en lien avec les associations de patients. Une action qui n’est pas sans rapport avec la démarche pamphlétaire développée par Hugues Lethierry, professeur de philosophie, à l’encontre de Gérard Collomb, maire de Lyon. Alors que nous ne pouvons plus sortir de chez nous, une belle occasion d’écouter ces lanceurs d’alerte et de tâcher de se procurer leurs livres, auprès de auteurs ou de libraires indépendants des grands groupes.

Avec son fondateur à l'Assemblée nationale, le mensuel Fakir s'est inscrit durablement dans le registre de la presse alternative et solidaire ( © Pierre Nouvelle ).

Avec son fondateur à l’Assemblée nationale, le mensuel Fakir s’est inscrit durablement dans le registre de la presse alternative et solidaire ( © Pierre Nouvelle ).

Hugues Lethierry a une trentaine de livres derrière lui. Ce professeur de philosophie a longuement enseigné aux futurs enseignants, notamment à l’ESPE (École supérieure du professorat et de l’éducation), sous le couvert de l’université Lyon1.

Si le domaine de l’éducation lui est cher, il est aussi un citoyen engagé. Cet habitant du quartier de la Croix-Rousse à Lyon (Rhône), à la sensibilité de gauche affirmée, est un homme rigoureux. Rigueur de l’analyse, rigueur de la syntaxe. Et rien ne l’a plus agacé de voir Gérard Collomb, alors ministre de l’Intérieur, subvertir une phrase de Saint-Augustin pour légitimer les mesures contre l’immigration irrégulière.

Hugues Lethierry est un laïque convaincu, mais aussi un admirateur du philosophe Augustin, par ailleurs théologien, et qui deviendra évêque d’Hippone (aujourd’hui Annaba). Augustin, un Numide, on dirait aujourd’hui Tamazight ou Berbère, mis à contribution contre les populations venues du Sud.

Soutenir l’homéopathie envers et contre tous

Ultime rencontre de la 34e édition du Salon Primevère 2020 : autour du film produit par le docteur William Suerinck et rencontre avec ce praticien marseillais.

William Suerinck n’a rien d’un farfelu, d’un gourou, ou d’un charlatan. Docteur en médecine depuis plusieurs dizaines d’années. Psychiatre, il a adopté l’homéopathie pour accompagner les soins qu’il prodigue, tant dans son cabinet particulier qu’au centre de santé La Pierre blanche où il officie au bord du lac de Neuchatel.

La condamnation des responsables officiels…

Il y a un an, le 26 mars 2019, l’Académie nationale de médecine condamnait l’homéopathie et mettait en route un processus de déremboursement validé par la Haute-Autorité de santé en France. Aussi, le docteur Suerinck invite-t-il les patients à continuer à se mobiliser.

Si la décision du Conseil national de l’ordre des médecins en France, il n’y aura plus de possibilité de former des médecins homéopathes. Des recours contre les avis contraires à l’homéopathie ont été intentés. En effet, ils se fondent sur des études depuis officiellement démenties. En effet, le Conseil national de la santé et de la recherche médicale (NHMRC) du gouvernement australien a publié son premier rapport sur l’homéopathie, intitulé  » L’efficacité de l’homéopathie : aperçu des preuves secondaires » , produit en 2012 et non publié jusqu’à présent.

…et la possibilité d’agir

Pour le docteur Suerinck, au delà des condamnations officielles, nombre de ses collègues médecins ne connaissent pas ce qu’est vraiment la médéceine homéopathique.

Pour prolonger son information et soutenir la médecine homéopathique financièrement, on peut joindre l’Association pour la promotion de la médecine homéopathique (APMH).

Contacts : 80 rue Inkerman 69006 Lyon – Tel : 06 89 28 33 20 – courriel : apmh.asso@orange.fr

(à suivre) :

Notre prochain article : Primevère 2020 (5) : Vélo, activité nouvelle et création d’emplois

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *