Noël (2) : La culture est méprisée et ses acteurs résistent

Posté le par dans Non classé
Il y avait foule devant la direction régionale des affaires culturelles de Lyon mardi 15 décembre 2020 (© DR/SD Actu Lyon).

Par Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien de Genève)

Deux jours, après les marches pour les libertés, plus d’une vingtaine de manifestations des professionnels de la culture se s’est déployée en France le 15 décembre (© DR/Fédération CGT Spectacle).

Mardi 15 décembre 2020, c’était au tour des acteurs de la culture : théâtre, cinéma, arts plastiques, littérature… d’être dans la rue. Dans son dilemme entre sauvegarde des libertés et protection sanitaire de la population, le gouvernement était devant un choix cornélien. Et à la différence des grandes surfaces ou des lieux de culte des différentes religions, les salles de ciné et de théâtre qui s’apprêtaient à rouvrir ont dû remiser leur élan… Reportage entre rassemblement devant la direction régionale des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, projection en plein-air du cinéma Arletty à Autun (Saône-et-Loire), lettre des responsables du Comoedia à Lyon (Rhône), et attente fiévreuse des membres de l’association CinéClap à Vienne (Isère).

A Lyon, comme dans toutes les communes de France, les quelques 6 000 écrans des salles obscures seront aux abonnés absents jusqu’au 7 janvier 2021 au minimum… (© Pierre Nouvelle).

Dans son dilemme entre sauvegarde des libertés et protection sanitaire de la population, le gouvernement était devant un choix cornélien qui a mécontenté tout le monde.

Et à la différence des grandes surfaces ou des lieux de culte des différentes religions qui ont eu gain de cause, les salles de ciné et de théâtre qui s’apprêtaient à rouvrir ont dû remiser leur élan…

Les cinémas prennent la parole

A l’instar des artistes dans la rue, notamment à l’appel du SFA-CGT, des responsables de salles de cinéma ont pris des initiatives pour attester qu’ils étaient bel et bien vivants. C’est le cas par exemple de Astrid et Jean-Christophe Pape et de leurs deux salariés de l’Arletty à Autun (Saône-et-Loire).

Durant l’été 2020, les responsables du cinéma Arletty ont déconfiné les projections, en organisant des séances de plein-air dans la cour d’un ancien hôpital (© Pierre Nouvelle).

Les responsables du cinéma morvandiau ont publié une lettre ouverte à la population et aux amis du 7e art. Comme ils l’avaient fait l’été passé dans la cour de l’ancien hôpital, ils ont organisé une projection de films courts d’Auguste et Louis Lumière, vendredi 18 décembre à 19 heures devant l’église Notre-Dame d’Autun.

Le texte de leur lettre

 » Chers tous,

Vous le savez et avez pu connaitre nombreux communiqués des acteurs de la culture. Malgré le comportement exemplaire du public des cinémas depuis la réouverture, et aucune contamination dans les cinémas du monde entier, nous sommes jugés « non-essentiel » et contraints à rester fermés.

Cependant votre cinéma Arletty persiste en jugeant essentielle une sortie culturelle. Le chacun pour soi des Netflix et consorts, ça va un temps!
Nous vous remercions beaucoup pour vos mots de soutien, que nous recevons en nombre, ils nous vont droit au cœur!Nous avons décidé d’une courte action de protestation devant cette nouvelle décision arbitraire, et aussi devant le risque idiot de voir se dresser les uns contre les autres vendredi 18 à 19h00 devant l’église Notre-Dame d’Autun. Nous projetterons symboliquement trois petits films des frères Lumière sur la façade de l’église.

La culture est aujourd’hui sacrifiée

Autun, comme beaucoup de petites villes en région a une tradition cinématographique très ancienne (©DR/ Cinéma Arletty)

Voici le communiqué que nous y ferons :

Nous, cinéma indépendant d’Autun, saluons avec bonheur le droit accordé aux lieux de culte d’accueillir leurs fidèles.Nous refusons la colère et le ressentiment contre ce soi-disant privilège. Depuis la réouverture en juin, un protocole sanitaire efficace et exigeant a été reconnu dans ces lieux, ainsi que dans les cinémas, théâtres et musées.

Interdire une sortie au cinéma, au théâtre, au musée, contribue à renforcer le chacun chez soi, chacun pour soi.La sortie au cinéma, au théâtre, au musée, relève d’une pratique collective et sociale, contribuant au bien-vivre ensemble et à briser l’isolement de nombre d’entre nous.Vos cinémas, vos théâtres, vos musées rouvriront. »

De la parole aux actes, opération réussie les responsables du cinéma autunois Arletty qui ont mobilisé plusieurs dizaines d’amoureux du 7e art vendredi 18 décembre 2020 (©DR/ Cinéma Arletty).

Et histoire de monter qu’ils ont plus d’une action en réserve, samedi 19 décembre en le matin et l’après-midi, ils ont diffusé Le journal d’une Petite histoire du cinéma à Autun, lors d’une une permanence au cinéma.
Les contributeurs ont pu retirer leur exemplaire. Les exemplaires non retirés seront disponibles dès la réouverture.
Celles et ceux qui sont sont venu.e.s ont eu aussi la possibilité d’acheter des places de cinéma pour faire leurs cadeaux.

A Lyon aussi, patrie du cinéma…

Jadis cinéma commercial appartenant aux frères Lapouble, le multisalles Comoedia est devenu depuis quinze ans un lieu exceptionnel de diffusion de grande qualité de films du monde (© Pierre Nouvelle).

L’équipe du cinéma a tenu, elle aussi, à s’adresser aux spectateurs qui fréquentent la dizaine de salles de l’avenue Berthelot à Lyon.

Était-il nécessaire de rappeler au président de la République qui suivit des cours de théâtre au lycée des Jésuites d’Amiens, que la culture est un des vecteurs de la citoyenneté ? (© DR/SD Actu Lyon).

A Vienne, les cinéphiles patientent

Cinéclap, l’association de cinéphiles viennois devait tenir son assemblée générale le 30 novembre dernier. Mais la Covid est passée par là et la réunion a été reportée en 2021. Il faudra patienter, comme devront le faire aussi les responsables du cinéma L’Amphi et leurs spectateurs en mal de longs métrages (© Pierre Nouvelle).

Malheureusement, l’arrêt rendu mercredi 23 décembre 2020 par le Conseil d’État en réponse à différents référés-liberté n’a pas tari les inquiétudes des professionnels du cinéma comme du théâtre. Et, même si la haute-juridiction a ouvert des perspectives, il faudra sans doute attendre d’ici mi-janvier pour envisager de voir évoluer la situation.

(à suivre)

Noël (3) : Entre Vienne et Condrieu : un cinéma fermé et des galeries d’art ouvertes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *