Cathos (3) : le 15 août, Philippe et Nicolas : un mouvement de prêtres à Pélussin (Loire)

Posté le par dans Ca presse
Jacques Faussurier, diacre, et Nicolas Fasoli, prêtre, entouraient Philippe Chomat, curé, lors de la cérémonie du 15 août en l’église de la paroisse Ste-Marie-entre-Rhône-et Pilat ( © Pierre Nouvelle ).

Par Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien à Genève)

Avec le respect des règles sanitaires , l’assistance était nombreuse à la célébration du 15 août 2020, fête de Marie, patronne de la paroisse de Pélussin ( © Pierre Nouvelle ).

Un départ revêt toujours une dimension sensible, qui peut aller de pair avec nostalgie et regret. Si l’émotion a été bien présente, que ce soit durant la célébration religieuse ou ensuite lors du verre de l’amitié, ce fut toujours avec beaucoup de dignité et de réserve qu’elle s’est manifestée. Reportage dans une église pleine, au milieu de la période estivale.

Ste-Marie-entre-Rhône-et-Pilat est une paroisse catholique qui s’étend sur douze communes et quatorze clochers, sur le terroir ligérien du massif du Pilat, entre Ardèche et Rhône ( © Pierre Nouvelle ).

En ce samedi 15 août 2020, la communauté catholique du Pilat vivait un moment important. En effet, ses deux prêtres ont conjoint la célébration de l’Assomption de Marie, mère de Jésus-Christ avec leur dernière messe avant leur départ. Plus tôt, le matin, une célébration avait eu lieu à 9 heures à la Madone de Chuyer.

Trois servants d’autel et le diacre jacques Faussurier menaient la procession d’entrée de la célébration, ouvrant le pas aux deux prêtres, Nicolas Fasoli et Philippe Chomat ( © Pierre Nouvelle ).

Des relations fraternelles…

Philippe Chomat exerçait son ministère de prêtre à Pélussin (Loire) depuis dix ans, et son collègue Nicolas Fasoli l’avait rejoint il y a trois ans lors du départ de Sébastien Garde, un jeune vicaire. En une décennie, on imprime sa marque à une communauté dont on a la responsabilité.

A Pélussin, chef-lieu de la Communauté de communes du Pilat rhodanien, et siège de la paroisse St-Marie-entre-Rhône-et-Pilat, les fidèles, venus en nombre n’avaient pas voulu rater cet évènemen

Lors de la messe mariale du 15 août, la patronne de la paroisse a été fêtée sans ostentation mais avec un répertoire de chants conséquent ( © Pierre Nouvelle ).

Mais, pour peu qu’on soit à l’écoute, qu’une franche bonhomie vous anime avec des éclats de rire en prime, alors, on a tôt fait de conquérir les laïcs qui constituent les forces vives.

… sur un chemin de mission ouvert au monde

Parmi d’autres, c’est ce qu’exprimait Véronique Lardy, membre du conseil pastoral de la paroisse catholique de Pélussin, au terme lors du pot qui a suivi la messe.

Pour sa part, Frédéric Royet était intervenu pour délivrer un message collectif de remerciement au terme de la célébration eucharistique.

Ensuite, dans le jardin de l’aumônerie, autour d’un verre, il témoignait de ce que Philippe Chomat lui a apporté ainsi qu’à sa famille et à la communauté chrétienne.

Philippe Chomat a embrassé le sacerdoce presbytéral, après un parcours salarié de prothésiste dentaire. C’est donc avec une expérience de la vie de la population qu’il est devenu prêtre, et a pu affirmer une réelle attention à la vie de la société.

Démarche qui s’est manifestée à de nombreuses reprises, par exemple, avec des relations fraternelles avec le monde juif et protestant, telle la paroisse Vienne-Roussillon-St-Vallier et ses pasteurs successifs, Romain Gavache et Joël Geiser.

Joël Geiser, pasteur protestant de la paroisse Epudf Vienne-Roussillon-Saint-Vallier, et Philippe Chomat, curé de Pélussin, au terme de sa dernière messe ( © Pierre Nouvelle ).

Cette coopération qui s’est concrétisée lors de conférences et de la tenue de cinq éditions d’un festival oecuménique de cinéma dans le cadre de la salle CinéPilat.

Comme dans de grands festivals internationaux de cinéma à Berlin, Locarno ou Venise, à Pélussin, le 7e art a réuni catholiques et protestants pour proposer depuis 2015 des films de qualité ( © Pierre Nouvelle ).

Une coopération qui s’est concrétisée lors de conférences et de la tenue de cinq éditions d’un festival oecuménique de cinéma dans le cadre de la salle CinéPilat.

Après Pélussin et le massif du Pilat, c’est dans le Vaucluse que le père Philippe Chomat va passer une année Sabbatique ( © Pierre Nouvelle ).

En conclusion de ce reportage, il revenait à Philippe Chomat et Nicolas Fasoli de dire les derniers mots. En effet, c’est dans un jeu de rôle, et en duo, que les deux ministres du culte ont livré leur commentaire du Magnificat, lu comme page de l’Évangile de Luc.

En lieu et place d’une homélie classique, les deux prêtres de la paroisse ont choisi une prise de parole en duo ( © Pierre Nouvelle ).

Pour sa part, le père Nicolas Fasoli qui résidait à Chavanay (Loire) et exerçait dans les duze clochers de la paroisse de Pélussin, va rejoindre Bourg-Argental et la paroisse .

Après trois ans à Pélussin, le Père Nicolas Fasoli restera dans le massif du Pilat en rejoignant la paroisse de Bourg-Argental ( © Pierre Nouvelle ).

Dans la Bible toute décennie était marquée par une année sabbatique, dite jubilaire. C’est au sanctuaire marial de Notre-Dame-de-Vie à Vénasque que Philippe Chomat résidera dans les mois qui viennent.

Pour autant, il n’oubliera pas son département d’origine, et lors de l’apéritif qui a suivi la messe, l’équipe paroissiale a tenu à lui offrir force saucissons du pays, et un masque anti-Covid marqué du sceau de l’ASSE, l’équipe de foot du stade stéphanois Geoffroy Guichard.

C’est avec le masque de l’ASSE que Philippe Chomat rejoindra le monastère provençal, et la suite de son parcours nous dira s’il le porte lors des offices quotidiens ( © Pierre Nouvelle ).

Nommé le 8 juin 2020, le père Marcin Jôzwiak, prêtre du diocèse de Kalisz en (Pologne) , actuellement vicaire de la paroisse Saint-Benoit à Saint-Étienne, sera à la rentrée de septembre, le nouveau curé de Ste-Marie-entre-Rhône-et-Pilat.

Comme d’autres prêtres polonais, le père Marcin jozwiak, est venu prêter main-forte à Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Étienne, dans un diocèse où le manque de prêtres se fait aussi sentir ( © DR/Diocèse de Saint-Etienne ).

(à suivre)

Notre prochain article :

Cathos (4) : l’alliance biblique de Dieu avec l’homme(à suivre)

Cathos (4) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *