Vienne (Isère) : des coquelicots, encore et toujours ! (2)

Posté le par dans Coup de coeur

Reportage de Jean-François Cullafroz, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Soixante-dix personnes ont rejoint en cette soirée du 7 décembre 2018 l'hôtel de ville de Vienne pour exprimer leur volonté de protéger la planète et l'humanité (© Pierre Nouvelle).

Soixante-dix personnes ont rejoint en cette soirée du 7 décembre 2018 l’hôtel de ville de Vienne pour exprimer leur volonté de protéger la planète et l’humanité (© Pierre Nouvelle).

Pour la seconde fois depuis la rentrée de septembre, des personnes sensibles à l’avenir de la planète et de l’humanité ses sont retrouvées dans les rues de Vienne (Isère) ce vendredi 7 décembre 2018. Objectif : populariser l’appel Nous voulons des coquelicots lancé par Fabrice Nicolino et François Veillerette.

Pour préserver la planète et l'humanité, c'est tout le système qu'il faut changer, déclaraient les promoteurs d'Alternatiba en août dernier lors du forum de Vienne (© Pierre Nouvelle).

Pour préserver la planète et l’humanité, c’est tout le système qu’il faut changer, déclaraient les promoteurs d’Alternatiba en août dernier lors du forum de Vienne (© Pierre Nouvelle).

La sensibilisation progresse. De 50 le 3 novembre 2018, on est passé à 70 un mois plus tard… Allier la fin du mois et la fin du monde est un thème dans l’actualité, et nombre des militant.e.s réuni.e.s devant l’Hôtel de ville de Vienne (Isère) partageaient ces deux préoccupations.

Une conférence sur les méfaits du glyyphosate a sui le rassemblement et Thomas Grataloup a témoigné (© Pierre Nouvelle).

Une conférence sur les méfaits du glyphosate a sui le rassemblement et Thomas Grataloup a témoigné (© Pierre Nouvelle).

En la matière, Thomas Grataloup témoigne que les deux sujets : humain et environnemental sont bien liés/ Son épouse a été victime durant sa grossesse, d’une exposition au glyphosate. Théo, le bébé auquel elle a donné naissance est venu au monde avec un handicap lourd. Les deux parents imputent directement cette malformation au produit herbicide et préparent un procès contre la firme Monsanto.

Après le rassemblement, Thomas Grataloup a été invité à témoigner.

Pour mobiliser la population pour l’humain et pour la planète, un long travail d’information et de sensibilisation est nécessaire.

C’est ce qu’accomplit l’association Entrez c’est ouvert qui rayonne à partir de la commune de Reventin-Vaugris (Isère). Gérard Bailly et son épouse animent cette association. Il la présente et annonce un rendez-vous important en mars 2019.

Mobilisation à suivre vendredi 4 janvier 2019 à 18h30 devant l’hôtel de ville de Vienne (Isère). En attendant, la Marche mondiale pour le climat sera relayé à Vienne avec un départ prévu à 14 heures devant l’Hôtel de ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *