Lyon : les raisons du rassemblement pour les libertés publiques

Posté le par dans Non classé

Par Jean-François Cullafroz-Dalla Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272, correspondant du Courrier (quotidien

A Bordeaux, plus d’un millier de personnes ont manifesté mardi 17 novembre pour la liberté d’informer (© Richard Hecht, CFDT-Journalistes).

A Lyon, mardi 17 novembre 2020, quai Victor Augagneur, à proximité de la préfecture de police, entre 700 et 2 500 personnes (estimation policière ou annonce des organisateurs) se sont retrouvées pour dire leur attachement au respect des libertés publiques. Une trentaine d’organisations avaient appelé en un temps record à ce rassemblement pacifique. Rencontres avec des manifestants.

Le rassemblement s’est ouvert par une intervention d’un représentant du Conseil national pour la nouvel résistance (CNNR). Il a resitué la nécessité de protester pour le respect des libertés, alors même qu’une proposition de loi LREM veut entrainer le travail des journalistes, mais aussi les actions de filmage de membres des forces de l’ordre par les citoyens (© J.-F. Cullafroz-Dalla Riva).
Georges Mounier, secrétaire départemental de la Ligue des droits de l’homme dans le Rhône, a expliqué pourquoi nationalement, son organisation et quatre syndicats de journalistes (SNJ, CFDT, CGT et FO) avaient entamé un mouvement national de mobilisation (© J.-F. Cullafroz-Dalla Riva).
Comme pour les citoyens, du côté des professionnels de l’info, l’inquiétude est certaine. C’est ce dont témoigne Notre collègue Kai Horstmeier, journaliste allemand, qui travaille en France depuis plusieurs années. En vingt-sept ans de métier les mesures qui se préparent sont tout à fait inédites et inacceptables (© J.-F. Cullafroz-Dalla Riva).
David est cheminot et travaille à la gare de Lyon-Part Dieu. Militant syndical à Sud-Rail, il estime que sa présence citoyenne dans ce rassemblement était naturelle (© J.-F. Cullafroz-Dalla Riva).
En ce 17 novembre 2018, les Gilets jaunes fêtaient le deuxième anniversaire du début de leur mouvement. Pascal, chauffeur-livreur était là dès l’automne 2018. Manifester à Lyon ce soir là s’inscrit dans le droit fil du mouvement social auquel il a participé et où il se reconnaît encore (© J.-F. Cullafroz-Dalla Riva).

Ces rassemblements du 17 novembre se poursuivront dès samedi 21 à Paris (Parvis des droits de l’homme à 14h30), à Rennes (11 heures), mais aussi Montpellier, Toulouse, Le Mans, Annecy (à 14 heures)…

A Lyon, le quotidien Le Progrès évoquait dans l’édition de ce jour un nouveau rassemblement le 24 novembre. A suivre donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *