Bibliothèque Part-Dieu Lyon Lyon : 1966-1968, de Martin-Luther King à Robert Vial (1)

Posté le par dans Ca presse

Reportage de Jean-François Cullafroz-Dalla-Riva, journaliste professionnel honoraire, carte de presse 49272

Des l'entrée de la bibliothéque muncipale de la Part-Dieu, la façade affiché la couleur : lessage de martin-Luthuer King n'est qu'une rêve brisé ou is encore une utopie ? (© Pierre Nouvelle).

Dès l’entrée de la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, la façade affiché la couleur : le message de paix et l’action non-violente de Martin-Luther King ne sont(ils qu’un rêve brisé ou is encore une utopie ? (© Pierre Nouvelle).

Jusqu’au 28 avril 2018, la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu accueille une belle et riche exposition consacrée au pasteur baptiste Martin-Luther King, assassiné à Memphis il y a cinquante ans. En 1966, le leader de l’égalité raciale aux Etats-Unis était accueilli entre Rhône et Saône par le Cercle pour la liberté de la culture et un tout jeune homme qui le présidait : le journaliste Robert Vial. En rendant hommage à l’apôtre de la non-violence en terre américaine, c’est aussi un coup de chapeau qui est donné à ce confrère qui a marqué la capitale des Gaules  par sa gentillesse, son professionnalisme et son engagement pour les causes des droits des hommes et des femmes. Un événement culturel qui doit beaucoup au fonds de documents apportés par le prêtre rhodanien, le père Christian Delorme. Visite de cette exposition et rencontre avec Michel Chomarat, son commissaire général.

La belle exposition conçue par %Michel Chpmarat avec le concours du Père Christian Delorme et mise en espace mérite que l'on la parcours ) petits pas (© Pierre Nouvelle).

La belle exposition conçue par Michel Chomarat avec le concours du Père Christian Delorme et mise en espace mérite qu’on la parcoure à petits pas (© Pierre Nouvelle).

Il y aura 50 ans en avril, Martin-Luther King était assassiné. Deux ans plus tôt, le 29 mars 1966, la Bourse du travail de Lyon était comble pour accueillir le pasteur baptiste. Le Cercle pour la liberté de la culture était la puissance organisatrice de cette rencontre, avec le soutien de près de trente organismes : associations, syndicats ouvriers, partis politiques. Malgré la tenue de la Foire de Lyon au même moment, 8 000 personnes se sont pressées pour entendre le message de paix du leader noir.

A l’arrivée du pasteur à l’aéroport de Lyon-Bron , puis au bâtiment symbolique populaire de la place Guichard, notre confrère Robert Vial était à la première place.

Sur le livre d'or du Cercle pour la liberté de la culture, Martin-Luther King a posé son paraphe (© Pierre Nouvelle)

Sur le livre d’or du Cercle lyonnais pour la liberté de la culture, Martin-Luther King a posé son paraphe (© Pierre Nouvelle)

Michel Chomarat était là-aussi, tout comme le jeune adolescent qui deviendra le Père Christian Delorme. Michel Chomarat, ex-élu de la ville de Lyon et commissaire de cette exposition, explique pourquoi a été conçue l’exposition que lui consacre la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu jusqu’au 28 avril 2018.

Journaliste rigoureux et citoyen engagé

Robert Vial, disparu fin juillet 2017, était un journaliste rigoureux, dont la plume fut l’honneur de différents journaux lyonnais, de l’Écho-Liberté au Dauphiné libéré, en passant par le Journal Rhône-Alpes, l’agence de presse Aigles, et Prospective Rhône-Alpes , une création de notre collègue Daniel Navrot, qu’il a accompagné comme chroniqueur hebdomadaire et comme associé.

Mais notre confrère et ami, était en même temps un citoyen engagé dans la vie de la cité : de la Macly, lieu culturel du Vieux-Lyon, à France Pays arabes, de Témoignage chrétien à Radio trait d’union dont il fut président.

 A l'instar du leader que fut Martin-Luther King, Robert Vial n'a jamais mis sa foi dans sa poche (© Pierre Nouvelle).

A l’instar du leader que fut Martin-Luther King, Robert Vial n’a jamais mis sa foi dans sa poche (© Pierre Nouvelle).

Aux côtés de son épouse France, longtemps chargée des relations publiques de l’Ecole française des attachés de presse (Efap), cet homme si simple et si convivial était un homme d’accueil et de médiation.

Comme il l’a fait lors de l’inauguration de l’exposition mardi 6 février 2018, Michel Chomarat évoque la personnalité de Robert Vial.

Une exposition à parcourir et un chemin urbain à découvrir

Cette exposition s’inscrit dans le temps. Celui de l’histoire des États-Unis, de l’esclavage des noirs et du combat pour leur libération puis l’application de leurs droits pleins et entiers. Des panneaux retracent le portrait des leaders religieux et politiques qui ont animé ce combat une lutte qui n’est pas terminée.

La lutte pour l'abolition de l'esclavage puis l'égalité et les droits civiques a été un long chemin de luttes (© Pierre Nouvelle).

La lutte pour l’abolition de l’esclavage, puis pour l’égalité des droits civiques a été un long chemin de luttes (© Pierre Nouvelle).

Une histoire dans le temps de la cité de Lyon, qui eût le privilège d’accueillir le pasteur baptiste. Un parcours qui mérite d’être cheminé au travers de photos, textes explicatifs et de vidéos, en prenant même le temps de feuilleter quelques ouvrages, destinés aux enfants ou aux adultes dans le cadre notamment d’une chapelle reconstituée au dos d’un célébrant en habit liturgique.

Le parc de la Tête d'Or à Lyon accueille un parcours pour célébrer les droits de l'homme (© Pierre Nouvelle).

Le parc de la Tête d’Or à Lyon accueille un parcours pour célébrer les droits de l’homme (© Pierre Nouvelle).

Michel Chomarat s’est intéressé de près à l’action menée auprès des édiles lyonnais pour faire inscrire dans la pierre et la terre de la capitale des Gaules le mémoire de la défense indéfectible des droits de l’homme. Le Parc de la Tête d’or avec les stèles commémoratives et l’île dédiée au Mahatma Gandhi en témoignent.

Michel Chomarat déflore le legs dont il a hérité, celui du combat pour la justice et la paix mené par le pasteur Martin-Luther King.

Cette exposition a bénéficié du concours d’un important fonds prêté par le Père Christian Delorme qui a été, et qui reste, un militant de la non-violence et un apôtre de Gandhi et de Martin-Luther king. Le parcours pédagogique très pertinent doit aussi beaucoup au talentde Sylvie Bouteille, la scénographe de la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu.

C'est en écoutant le discours de Martin-Luther King que Christian Delorme est devenu un militant de la non-violence (© Pierre Nouvelle).

C’est en écoutant le discours de Martin-Luther King que Christian Delorme est devenu un militant de la non-violence (© Pierre Nouvelle).

(à suivre)

Martin-Luther King, le rêve brisé, exposition jusqu’au 28 avril 2018 – Bibliothèque municipale de la Part-Dieu (04 78 62 18 00) – Entrée libre.

Prochain article : Avec le King, le chemin du droit, de la justice et de la paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *